PAYS A L'HONNEUR

Le Bénin à l'honneur

Créer Des Opportunités Pour Anticiper L’Afrique De Demain…!

  • Superficie : 114 763 km²
    Capitale : Porto-Novo
    Population 2016 : 11.1 millions d'habitants
    Croissance démographique : 2,77 % / an
    Principales villes : Cotonou, Djougou, Parakou, Abomey
    Monnaie : Franc CFA (XOF)
    Langue officielle : Français
    Fête nationale : 1er août (proclamation de l’indépendance en 1960)
    Espérance de vie : 60.7ans (2016)
    Taux d’alphabétisation : 53,1% (2007)
    Religions : Vaudou (61%), catholicisme (19%), islam (15%), protestantisme (3%), autres (2%)
    PIB par habitant 2016 : 789 $USD
    PIB en 2016 : 8,583 milliards $USD
    Taux de croissance du PIB en 2016 : 3,98 % / an
    Inflation en 2016 : -0.9%
    Principaux clients : Inde (13%), Niger (9,6%), Union européenne (8,8%) (2015, OMC)
    Principaux fournisseurs : Union européenne (34%), Chine (10,8%), Inde (9,8%), Togo (8,5%) (2015, OMC)
    Part des secteurs d’activités dans le PIB (2015) :
     Primaire : 25,4% ;
     Secondaire : 23,2% ;
    Tertiaire : 51,4% (Banque mondiale, 2007)

Dix raisons d’investir au Bénin
1. Un environnement politique stable : « modèle démocratique en Afrique »
2. Un gouvernement porté par une volonté d’émergence économique du pays
3. Un cadre juridique et une fiscalité incitatifs aux investissements
4. Une compétence des cadres et de la main d’œuvre
5. Une situation économique performante et en pleine croissance
6. L’accès aux pays de l’Afrique de l’ouest, y compris le Nigéria avec plus de 120 millions de consommateurs : libre-échange dans un marché commun – CEDEAO
7. La modernisation du pays, avec des réseaux de communication en développement constant
8. Des investissements en pleine augmentation : preuve de la confiance des entrepreneurs
9. D’immenses partenariats d’affaires à nouer
10. Des opportunités d’affaires généreuses : avec un retour certain sur investissement

Commerce international
Le Bénin est ouvert aux échanges extérieurs, le commerce représentant 68% du PIB (2015). Le pays est membre de diverses organisations commerciales dont l'OMC et l'UEMOA (Union économique et monétaire ouest africaine). C’est par le port de Cotonou que transite la grande majorité des biens échangés, le gouvernement cherchant à en développer les capacités. En 2015, un Tarif extérieur commun à l'ensemble de la CEDEAO a été introduit.
Le Bénin enregistre une balance commerciale structurellement déficitaire depuis des années, une tendance qui devrait se poursuivre. Cela est principalement dû à la faiblesse des exportations et à la forte dépendance du pays vis-à-vis de l'extérieur, notamment pour la fourniture de pétrole et d'électricité. L'essor régulier de la production de coton constitue un motif d'espoir pour résorber partiellement le déficit commercial. En 2015, le déficit commercial s’est élevé à 1,7 milliards EUR, en baisse par rapport à 2014 du fait d’une forte baisse des importations. Cette dernière est imputable au ralentissement économique nigérian ainsi qu’à la chute des importations de riz réexporté vers le Nigeria.
Le Bénin exporte essentiellement du coton (première exportation), des noix de cajou, noix de coco, noix du Brésil, du karité, des bateaux, du ciment, des produits textiles et des fruits de mer à destination de l’Inde, du Niger, de la Malaisie, de Singapour, du Vietnam et du Bangladesh. Les principaux produits importés sont les denrées alimentaires (riz, viande), les produits pétroliers, l’électricité, les médicaments et les biens d'équipement en provenance de la France, de Chine, d’Inde, du Togo, de la Thaïlande, et d’Espagne. Le Bénin est également très actif en matière de réexportation.

Investissement
Le Bénin a mené un vaste programme de réformes visant à améliorer le climat des affaires et attirer les investissements directs étrangers (IDE). Après avoir ralenti sous l'effet de la crise économique mondiale, les flux d’IDE ont amorcé une nette reprise. En 2014, les IDE ont atteint 405 millions USD, soit une progression cumulée de 600% depuis 2006. Ils se sont réduits à moins de 149 millions USD en 2015 et ont atteint 160 millions USD en 2016, selon la CNUCED (Rapport sur les investissements dans le monde 2017). En termes de stock, les IDE représentent un peu moins de 20% du PIB du pays. Le Plan national de développement des infrastructures, prévoyant une série de partenariats public-privé, devrait stimuler les IDE.
La plupart des investissements étrangers au Bénin depuis 1990 l'ont été par l'acquisition d'intérêts dans des firmes privatisées. De nombreux projets liés aux infrastructures sont financés par des subventions ou prêts de la Banque mondiale ou d'autres banques internationales de développement. Le pays a bénéficié d’aides pour développer le secteur énergétique ainsi que ses infrastructures portuaires.
La corruption, la mauvaise qualité des infrastructures et des problèmes liés à la fourniture en électricité limitent l'attrait potentiel du pays. Les atouts du Bénin sont sa position stratégique près d'un marché potentiel de plus de 200 millions d'habitants, son rôle de plaque tournante du commerce de véhicules d'occasion importés d'Europe et revendus dans toute l'Afrique occidentale, et le fait que ce soit l'une des nations les plus démocratiques du continent africain. Le Bénin a pris plusieurs initiatives pour attirer les investissements étrangers, notamment l'amélioration de la production d'électricité ou encore la création d'un Conseil Présidentiel pour l'Investissement. Le pays a néanmoins été classé 155ème sur 190 pays dans le classement Doing Business 2017, en baisse de deux places par rapport à 2016.
Les principaux pays investissant au Bénin sont la France, le Nigeria, le Brésil, la Côte d’Ivoire et le Sénégal. Parmi les pays investisseurs figurent essentiellement les pays européens ainsi que le Canada.